Résultats 

Des protocoles expérimentaux de laboratoire représentatifs ont été mis au point. Ils permettent de retrouver les produits de dégradation de l'amine de référence, la monoéthanolamine, dans les mêmes proportions qu'au sein des pilotes. Ces protocoles peuvent être utilisés pour d'autres amines.

 

Six méthodes analytiques, basées sur la chromatographie, en phase gaz et en phase liquide, couplée à la spectrométrie de masse, ont été développées pour l’analyse de la phase liquide, faisant si besoin intervenir une étape de concentration des composés à analyser (extraction liquide-liquide ou vaporisation et concentration sur phase solide).

Une méthode innovante a également été développée pour l'analyse des composés présents à l'état de traces dans la phase gaz en utilisant des tubes contenant un adsorbant solide qui est ensuite thermo-désorbé et analysé par GC-MS.

 

Ces méthodes ont permis d’identifier, à ce jour, 38 composés dans la phase liquide, et dont certains ont également été détectés dans la phase gaz. 21 de ces composés sont nouveaux pour la communauté scientifique.

 

Les mécanismes de dégradation ont été élucidés pour la plupart des 38 composés identifiés.

 

Concernant la toxicité, une recherche bibliographique a été menée sur 35 produits de dégradation. Pour 10 composés aucune donnée toxicologique n'étant disponible, une évaluation in silico a été conduite. Des rapports toxicologiques ont été établis pour 10 molécules de la famille des pyrazines, pour la pipérazine et pour 3 nitrosamines.

En particulier, pour les nitrosamines, famille chimique comportant plusieurs molécules cancérigènes, une Valeur Limite d’Exposition pour la Population Générale a été déterminée.

 |  Mentions légales © 2017 IFP Energies nouvelles